Meer info. Akkoord

De Koninck

Des ouvrières à l’œuvre à la Brasserie De Koninck

Les Artisans du goût et la Brasserie De Koninck sont comme le miel et les abeilles : ils vont de pair. Depuis peu, un nouvel Artisan du goût travaille dur à la Brasserie. Ou plutôt : ce sont ses abeilles qui sont à l’œuvre. L’apiculteur Micha De Herdt a placé sur le parking de la brasserie une cuve à bière contenant deux ruches. Soit quelque 160.000 abeilles. De quoi apporter beaucoup de miel, préserver la biodiversité et l’environnement.

Sur le parking de la brasserie se trouve depuis peu un réservoir de filtrage fermé. Sans bière, mais avec des cadres à miel et quelque 160.000 abeilles. Le miel de ville est devenu très populaire ces derniers temps. Les ruches chez De Koninck sont deux parmi les plus de deux-cents que possède l’apiculteur Micha De Herdt dans la ville d’Anvers et ses alentours.

De nouveaux collaborateurs à la brasserie
Ce n’est pas un hasard : c’est justement durant la ‘semaine de l’abeille’, que les ruches de la Brasserie De Koninck ont été pourvues de quelque 30.000 abeilles. Ce nombre passera après un certain temps à quelque 80.000 par ruche. Et la brasserie accueille ainsi d’un coup un très grand nombre de nouvelles ouvrières.

Sven Dekleermaeker : “Les abeilles, et surtout le miel, sont un atout pour nos artisans du goût. Ainsi, le chocolatier Jitsk veut utiliser le miel pour ses pralines. C’est en fait l’un des artisans du goût, Peggy Van Haver de The Butcher's Store, qui a eu l’idée de placer une ruche sur le site de la brasserie. Elle et son mari Luc De Laet possèdent depuis 2016 des ruches sur le toit de leur boucherie De Laet & Van Haver à Hove. Ils vendent le miel dans leur magasin et l’utilisent pour les marinades.”

Potagers urbains
Les abeilles volent dans un rayon de trois kilomètres, à la recherche de pollen. Contrairement à la campagne où l’on trouve souvent une monoculture de graminées et de champs de maïs, la ville grouille de biodiversité. Les fleurs sur les balcons, toits, dans les parcs et potagers urbains permettent de trouver suffisamment de nectar et de pollen et de vivre dans la ville. Anvers est simplement une oasis pour l’abeille mellifère.

Les abeilles ont la réputation de piquer, mais les riverains ne doivent pas avoir peur. Micha De Herdt, apiculteur : “Les voisins n’en tirent en fait que des avantages. Leurs potagers et fleurs seront fécondés par les abeilles. Une bonne pollinisation assure des fruits plus gros, une forme régulière, une plus longue durée de conservation et la biodiversité. Les abeilles contribuent aussi à l’écosystème : les ouvrières qui meurent pendant leur travail en été sont une nourriture pour les oiseaux comme l’hirondelle et pour les insectes. Et le miel… grâce au pollen et au nectar de la diversité d’arbres et de plantes de la ville, celui-ci acquiert un goût délicieux, riche et fleuri.”

L’apiculteur dans la ville fait plus que préserver l’abeille et la biodiversité. Il sert aussi à conscientiser le citadin à l’écologie et à la gestion environnementale. Et pas de meilleur endroit pour élever des abeilles que la brasserie : un endroit rempli d’artisans du goût