Meer info. Akkoord

De Koninck

Des envies de levure sauvage: WILD JO

Carte blanche. Voilà ce qu’ont reçu les brasseurs de la Brasserie De Koninck. Et ils se sont donc mis à expérimenter à volonté. Le premier résultat de ces efforts est ‘Wild Jo’, une bière contemporaine dont la refermentation s’opère à base d’une levure sauvage. On l’appelle aussi la Belgian Wild Ale. La Wild Jo est une bière spéciale de fermentation haute. Les levures sauvages Brett créent un véritable tumulte dans la bouteille. Du rock ‘n’ roll à l’état pur, mais dans une bouteille.

Une nuit sauvage

La Wild Jo a vu le jour après une nuit sauvage dans la Brasserie De Koninck, où l’on brasse de la bière avec compétences professionnelles et passion depuis déjà 1833. Le maître-brasseur Dennis de Potter régit les opérations de sa chaudière de cuisson depuis déjà plus de 20 ans. Fidèle aux principes du houblonnage à cru à base de deux variétés de houblon, mais le brasseur a cette fois ignoré la levure classique pour se tourner vers les souches sauvages.

Indomptable et toujours en évolution

La Wild Jo fait partie de la catégorie des ‘bières absolument sauvages’, obtenue par refermentation à base d’une levure sauvage indomptable : Brettanomyces ou ‘Brett’ pour les amis. La levure est ajoutée en bouteille après le brassage et alors… la sauvagerie éclate au grand jour. C’est alors qu’intervient tout l’art de Dennis, car gérer l’imprévisible, c’est comme un rodéo pour brasseurs. Le résultat est dès lors une bière unique offrant une saveur inégalée. Brett confère une saveur sèche et complexe à la bière, une saveur constamment en évolution. Bref, une aventure, tant pour la bière que pour les papilles gustatives.

What’s in a name ?

Wild Jo cadre avec le tempérament de la bière. Wild fait référence aux levures sauvages. Et Jo ? C’est un hommage à Joseph van den Bogaert. ‘Monsieur Jo’, comme on l’appelait, était l’homme qui a offert un ballon d’oxygène à la Brasserie De Koninck après la Première Guerre mondiale. Un ‘monsieur’ avec le sens de l’aventure.

Le pigeon sauvage est l’icône. Logique, non ? Qui rode dans la ville, haut dans le ciel, et fait son trou dans les immeubles abandonnés ? Exactement, le pigeon sauvage. Et c’est pourquoi ce pigeon bleu, avec son bandeau sur l’œil et ses tatouages, figure sur l’étiquette de la Wild Jo.

L’icône par excellence de De Koninck, le verre sphérique ou ‘Bolleke’, ne disparaît évidemment pas de l’avant-plan. Il hérite simplement d’un petit frère. Un frère qui ne manquera pas d’étendre ses ailes, tout comme le pigeon sauvage, car la Wild Jo n’a fait que lancer le mouvement… Les brasseurs comptent bien lâcher d’autres ‘sauvageries’ sur les Anversois dans un proche avenir.